Lost In My Dream
Inscrivez-vous.
Rejoignez-nous, pour des RPs LIBRES !



 

Partagez | 
 

 Alidane DEXTRAE - La rose sanglante.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Alidane Dextrae


Féminin Statut Social Du PERSONNAGE: : REINE de "Rièza" ET VAOYAGEUSE A SOLINVANIA
Grade :

Badge : [url=http://lost-heaven.forumpersos.com][img]http://img11.hostingpics.net/pics/659292boutoncollibrit1.png[/img][/url]


Niveau
Nombres de points RP:
3/100  (3/100)

MessageSujet: Alidane DEXTRAE - La rose sanglante.   Mar 5 Aoû - 16:07


 
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Alidane DEXTRAE
"La rose sanglante"
 
RACE: Humaine. Dans la lignée des Dextrae, et ce depuis des siècles, il n’est pas un membre de la famille qui ne soit humain.
AGE et SEXE: Age: 33 ans. Mais elle en parait dix de moins. Sexe: Féminin. Et ça, ça se voit !
STATUT SOCIAL:Voyageuse ! Avant elle était reine. Maintenant, elle vagabonde, à la recherche de Dieu seul sait quoi. Son trône ? Sa patrie ? Rentrer chez elle l’obsède, mais ça ne semble pas possible. Elle erre dans sa tenue blanche élimée à force d’avoir été trop portée, en plein dans la Forêt Morte de Sliver. Quand rencontrera-t-elle la civilisation ?
POUVOIRS ET ARMES: Arme: Avant d’être projetée dans l’univers de Solivania, elle était reine de Kerdéreth dans les terres suspendues de Lost Heaven. Elle avait toute une collection d’armes ! Mais à présent, il ne lui reste rien…  Pouvoir: Elle détient un étonnant pouvoir qu’elle tient des roses blanches qu’elle abhorre : elle agit sur l’apparence des gens. Tantôt elle les rajeunit (en apparence) comme des boutons de roses, tantôt elle les flétrit comme des fleurs fanées. Reine de l’Ombre en son pays, elle utilisait son pouvoir pour torturer jusqu’à la mort ses prisonniers.
AUTRES, DÉTAILS A PRÉCISER: Pour plus d’information sur le contexte dans lequel évolua ce personnage avant de s’échouer ici-bas, rendez-vous sur mon forum : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
 
Description Mentale
Auparavant reine des grands chemins, souvent hors de son palais, fuyant les valets et les conseillers pour n’en faire qu’à sa tête, et déléguant la tête de son royaume à son intendant : Loastan Médarél. En tant que souveraine, elle était plutôt du genre à la volonté de fer. Elle contrôle d’une main de maître la totalité de son royaume, et cherche querelles à ses voisins. Elle est prise au piège par le pouvoir de la haine et de la colère. Pour être plus précis, elle n’a pas très exactement le caractère d’une personne qu’on souhaiterait croiser dans la rue, du genre trop belliqueux pour vous laisser tranquille.
C’est une personne orgueilleuse qui déteste qu’on la contredise, qui exècre quiconque ose pensait différemment d’elle. Elle est également extrêmement irascible, et par-dessus tout quand elle se sent froissée.
Son ton diffère suivant le rang des personnes auxquelles elle parle. Pour les « inférieurs », ce sera un ton sec et dédaigneux, ravalant ces insectes à leur infâme condition. Pour les « supérieurs », ce sera un ton mielleux, quoique légèrement condescendant, afin de garder l’allégeance de ses nobles dévoués.
Faut-il préciser son attirance prononcée pour la gent masculine ? Bien peu de ses seigneurs sont passés au travers de ses filets. Elle aime à s’assurer de leur sujétion par quelques visites nocturnes qui les lui rendent toujours plus fidèles. Néanmoins c’est une reine sans alliance et veuve.
Il y a également quelques petites choses que les gens qui la côtoyaient connaissaient  bien : son aversion pour le fait qu’on l’appelle « Madame », très attachée qu’elle est à son « Mademoiselle », ainsi que pour les animaux de compagnies, pour ses valets qu’elle traitait comme des chiens, pour les gens qui considèrent les humains comme une race inférieure, sa manie de transporter toujours un miroir dans son sac alors que le peuple des terres suspendues n’a plus de reflet depuis longtemps, sa passion pour les plantes carnivores, son mutisme concernant le jardins aux roses blanches de la cour nord (scellé il y a longtemps) ou les livres qu’elle garde enfermés dans sa bibliothèque privée, son collier bizarre qu’elle garde toujours autour du cou alors qu’elle en a de bien plus beaux, sa petite toux avant de boire du thé, sa sainte horreur - son immanquable phobie, oui ! – des roses blanches…
Bref, une bien drôle de personne…

 
Description Physique
Si elle a du succès auprès de la gent masculine, ce n’est peut-être pas pour rien. Son charisme y est peut-être pour quelque-chose. Oui, son charisme de femme de la noblesse, de dirigeante toujours droite et corsetée. Ou alors c’est à cause de ses cheveux châtains mi- longs soyeux toujours relevés en un stricte chignon qui dévoile la nuque fine et pâle, de ses yeux noisettes sombres et terribles souvent, parfois aussi, dans les heures où elle est seule, perdus et mélancoliques. Ou peut-être est-ce simplement son allure en général, son pas nonchalant, son mètre soixante toujours relevé par de hauts talons cachés par les robes, sa ligne svelte, ses formes généreuses, sa peau de lait, ses toilettes impeccables… Qui sait vraiment ? Ce doit être une combinaison de l’ensemble… Ou du moins ce devait, car à présent que son monde vient de lui échapper, qu’en est-il de son aura de souveraine ?
Maintenant que plus personne ne la connaît comme la ténébreuse rose sanglante, qu’en est-il de la crainte qu’elle inspirait au peuple d’un simple regard ? Elle était un coffret aux allures sanguinaires, et à présent exilée la voici comme l’intérieur de ce même coffret : vide ! Vide, seule, perdue…

 

Histoire
Le jour où tout bascula pour la reine sombre, c’était une fin de semaine normale, paisible. Peu d’agitation autour d’elle. Seule la rébellion la malmenait avec acharnement. Depuis son palais que faire ? Elle ne pouvait lutter, ne pouvait qu’envoyer d’autres hommes à la poursuite du nouveau chef du mouvement. Effrik… Un ennemi qu’elle connaissait bien, depuis que son mentor, l’ancien meneur de la rébellion, Daniel Asselnot, avait brusquement « disparu ». Une histoire tragique pour les renégats. Mais ils s’étaient relevés. Et les voilà à présent plus forts que jamais.
Il fallait prendre LA décision que l’intendance se refusait à prendre… elle devait intercepter le mouvement en personne. On racontait alors que les rebelles se réfugiaient à Jasdéràn. Qu’à cela ne tienne, elle irait !
Elle rassembla ses affaires dans la plus grande discrétion, et prépara son départ de la capitale. Et ce n’était pas une mince affaire pour une reine. Elle laissait toujours des consignes, que son personnel trouvait alors qu’elle était déjà loin, et ils savaient alors qu’elle ne reviendrait que lorsque la lubie lui en prendrait. Tout cela devait se préparer à l’insu de ses suivants omniprésents. Elle excellait dans cet art, si bien que souvent, tout le château n’y voyait que du feu. Elle était passée maîtresse dans l’art de brouiller les pistes.
Il y avait peut-être une raison à cela. Une sortie dérobée qu’elle utilisait depuis toute petite, et que personne ne connaissait. Elle se trouvait dans la salle des miroirs.
Assurée par son page que son phénix avait été préparé en toute discrétion pour le voyage, elle se mit en route vers la salle des miroirs. C’était une vaste pièce dans laquelle elle avait entreposé de nombreuses glaces suite à des perquisitions répétées au travers de son royaume. Elle s’était amourachée de ses machines calmes qui reflétaient du vide en tous sens tout autour de la pièce. Alors qu’elle refermée la porte, elle entendit des pas, suivis de voix dans le couloir. Elle s’appuya contre le panneau pour suivre la conversation. Elle comprit qu’il s’agissait là de son ancienne gouvernante, entrain de former un de ses nouveaux suivants (il remplaçait sûrement celui qui était tombé par inadvertance de la tour est).
« Mais alors dis-moi, pourquoi personne ne connait-il vraiment l’histoire d’Alidane Dextrae ?
-Parce qu'elle n'a pas été rendue publique et qu'un scandale, s'il est dévoilé, risque d'entacher l'honneur de notre souveraine. Je disais donc... et écoute moi bien je ne me répéterai pas ! ... Ah oui c'est ça. La petite Alidane vit le jour en automne, dans des conditions peu joyeuses pour sa famille. J'étais sa nourrice en ce temps, et c'était une petite adorable, promise à un grand avenir dans la Lumière ! Enfin, c'était ce que nous croyions...
« Ses parents, le roi et la reine, n'étaient pas des gens très joyeux en fait. Sa mère, la défunte Méphidis Dextrae - paix à son âme - était une femme sèche et acariâtre, qui avait placé tous ses espoirs en sa fille sans pour autant montrer la moindre générosité à son égard. Elle lui apprenait les convenances, et c'est notamment à cause d'elle que sa Majesté porte toujours ces fichus corsés bien trop serrés, auparavant d'usage à la cour, mais qui sont à présent tout bonnement obsolètes ! Elle lui répétait toujours : « Ma fille, une noble sans corsé, c'est comme le chiendent, ça aura beau se répandre partout, ça n'en reste pas moins une mauvaise herbe ! ». Et puis elle la gardait toujours cloîtrée au palais, avec pour seule fréquentation deux ou trois nobles de son âge ! Elle ne connaissait rien du monde, la pauvre petite, malgré son éducation ! Et puis ses manières étaient toujours surveillées, reprise qu'elle était à chaque maladresse par sa mère trop aveugle pour voir que cela ne serait jamais bénéfique à sa fille.
« Sa Majesté respectait beaucoup sa mère pour l'éducation qu'elle lui transmettait, mais je sais bien qu'elle n'a jamais pu l'aimer comme on aime une mère ! Celui qu'elle aimait plus que tout en revanche, c'était son père : Sorél Dextrae. C'était lui, le plus souvent, qui la sortait, l'amenait découvrir le monde. Il l'a d'ailleurs initiée à l'art de la poésie, et on raconte qu'elle le pratique encore en secret, consignant ses écrits dans des manuscrits bien cachés. Enfin, tout cela pour dire qu'il était à la vérité son seul parent, et la seule âme chère à son coeur.
« Tout ce petit monde aurait encore pu tenir debout sans qu'on en voit la fin inéluctable, si la mère de sa Majesté n'avait pas ouvertement trompé son mari, pourtant aimant. Lorsqu'elle fut en âge de comprendre, la pauvre jeune fille n'en menait pas large : elle voyait celle qu'elle respectait plus que tout devenir la personne la moins respectable qu’elle connaisse, et celui qu'elle aimait plus que tout n’était pas si aimé qu'elle aurait bien voulu le croire. C'est à ce moment-là je crois, même si cela ne devait se parachever que plus tard, que sa Majesté a trouvé son penchant pour les Ombres (et je pense aussi que c'est de sa mère qu'elle tient son engouement pour les hommes). Elle finit par découvrir ses pouvoirs de Mage, et autant te dire qu'elle ne s'en servait pas toujours à des fins bénéfiques.
« Et puis le jour de ses dix-huit ans, elle a cru entrevoir à nouveau la Lumière, bien qu'au final, elle avait dû confondre celle du soleil et celle des flammes, dévorantes et vicieuses, qui allaient naître en elle. Elle fut présentée à son promis, Thérence Loranal qu'elle trouva parfait, charmant... Ils s'entendaient tellement bien alors ! Et ils s'aimaient tant ! Le temps passa jusqu'au mariage, mais ce dont elle ne se doutait pas, c'est qu'en bon mariage d'intérêts, celui-ci conduirait inévitablement à des conflits et pas tous modestes ! Car vous seriez-vous douté à la place de cette pauvre créature qu'elle était alors, trop naïve dans sa faible connaissance du monde, que son mari n'en voulait qu'à son titre ? Ce fut pourtant le cas, et elle ne le découvrit que bien trop tard, à la date prévue pour leur union.
« Elle se rendait alors dans le jardin aux roses blanches de la cour nord, lorsqu'elle entendit soudain des voix. J'étais là ce jour-là, mais bien sûr ils ne m'ont pas vu ! Je m'occupais les roses, à seulement quelques mètres de là, sous un soleil d'autant plus magnifique que ce qui se préparait était terrible. Là se tenaient le futur marié et le père de sa Majesté. Et comme je la voyais pousser la grille menant à l'allée, voilà que je ne peux qu'être la spectatrice muette de l'assassinat du père, par le promis ! Ils étaient en plein coeur d'une dispute lorsqu'il lui enfonça un poignard dans la poitrine ! Mais ça ne s'arrête pas là car, alors que le sang tachait les roses alentours, je fus témoin malgré moi d'un second drame ! Bouleversée, Mademoiselle s'avança entre les roses, et resta interdite devant son futur mari statufié de la découvrir là. Elle le tua à son tour de ses pouvoirs de Mage, cet homme auparavant si beau se flétrissant, comme le font les feuilles par une saison d'automne...

-Vous voulez dire qu'elle a tué son futur époux de ses propres pouvoirs !?
-C'est exactement ce que j'ai dit. Suite à cela, la Reine fit tout pour étouffer l'affaire, quant à sa Majesté, elle sombra dans une longue période de dépression, de laquelle nous ne pensions pas qu'elle ressortirait un jour vivante, exigeant de faire condamner la cour nord et qu'on ne la dérange que pour les repas. Elle resta ainsi enfermée pendant toute cette période dans ses appartements dont elle avait tiré les rideaux, dans un noir total, avec pour seule compagnie ses miroirs qui ne lui rendaient aucun reflet.
« C'est à cette date que fut marquée sa phobie des roses blanches, et son passage pour l'Ombre. Elle ne ressortit de ses appartements qu'à l'annonce du décès de sa mère, après quoi elle commença à gouverner le royaume qui lui était laissé d'une main de fer. Elle créa la Guilde des Gardiens, récoltant un grand nombre de fanatiques, et libéra toute sa colère contre la Lumière qui avait dû l'aveugler pendant sa jeunesse pour qu'elle ne voit pas ce qui se passait réellement autour d'elle. Elle sema le trouble et la tyrannie malgré la paix du Continent Double et les efforts des autres souverains pour l'empêcher de commettre ces massacres.
« Voilà... cette histoire n'est connue que dans le palais, et n'est divulguée qu'à ceux qui entrent au service de sa Majesté, afin qu'ils soient prévenus...

Les petits pas s’éloignèrent, et Alidane fut de nouveau seule avec le silence, et ses affaires plein les bras. Alors comme ça, sa domestique lui avait caché si longtemps qu’elle l’avait vu ce jour-là… Elle qui avait pourtant toujours cru la connaître…
Elle s’en retourna vers les miroirs, et c’est là que la bascule opéra. L’un d’entre eux ne reflétait pas la pièce, mais une étrange forêt sombre. Elle approcha sans prendre garde au danger. Alors, soudain, elle fut transportée sur la planète Firos de Solinvania par un portail dont elle ignorait la connaissance. Elle atterrit d’un coup sec, dans la robe blanche qu’elle avait revêtu le jour même, et que son père lui avait achetée en un temps lointain, face contre terre, au milieu des arbres. Rendue inconsciente par le choc, elle resta un moment au sol, sans même comprendre ce qui lui était arrivé.
Ici débute son excursion en Solinvania.

Revenir en haut Aller en bas
MJ
Admin

Masculin Statut Social Du PERSONNAGE: : MAÎTRE DU JEU
Badge :


Niveau
Nombres de points RP:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: Alidane DEXTRAE - La rose sanglante.   Dim 10 Aoû - 22:15

Fiche Validée
Revenir en haut Aller en bas
 

Alidane DEXTRAE - La rose sanglante.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» C'est bien beau de rêver, mais il faut bien apprendre. [PV Rose Sanglante] [FINI]
» Oscar et la dame Rose
» La fête de la rose à Chaalis
» Tournoi de Blood-bowl de la Dague Sanglante
» Rose gage d'amour éternelle et des lys gage de tendresse [Viktor]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lost In My Dream :: Les Aventuriers (Fiches Des Personnages) :: LES VOYAGEURS-