Lost In My Dream
Inscrivez-vous.
Rejoignez-nous, pour des RPs LIBRES !



 

Partagez | 
 

 Thanatos Purpura - Max Rénix - Eluria Kuaru / RP LONG

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité


MessageSujet: Thanatos Purpura - Max Rénix - Eluria Kuaru / RP LONG   Dim 22 Déc - 23:53

Le Soleil trônait haut dans le ciel. Thanatos avait quitté la prairie où il s'était retrouvé et se dirigeait vers la ville ou village le plus proche. Il en profitait pour s'habituer à ses nouvelles limites, lui qui était tout puissant il y avait quelque temps se retrouvait faible maintenant. Alors que le Dieu voyait jusqu'où il pouvait pousser ses capacités dans ce monde, il eut une vision. Il voyait, de manière flou et vague, un corps se faire déchiqueter et l'âme qui l'habitait se faire massacrer avant de disparaître de ce monde et de laisser le corps sans vie au milieu d'une allé, baignant dans la boue. Le Dieu pivota sur lui-même, il aperçut au loin l'ombre d'un village situé apparemment près de la mer. Sans perdre un instant, il pris appuie sur ses jambes et se précipita à pleine vitesse vers le village. Il ne lui fallut que quelque temps avant d'atteindre les portes d'entrées. Le Dieu reprit son souffle, il se rendait compte que son endurance avait, elle aussi, été restreinte par ses limites.


Après quelque temps, Thanatos rentra dans le village, il repéra les environs. Le village était rempli de divers individus, s'il y avait eu le massacre que le Dieu avait vu, il devrait y avoir forcement un regroupement d'individu, la curiosité était étroitement liée avec la condition d'être vivant. Il sillonna allée après allée, jusqu'à finalement trouver ce qu'il cherchait. Un important groupement d'individus divers et variés, Thanatos se rapprocha et essaya de voir ce qui captait le regard de chacun. Par-dessus nombre d'épaules, le Dieu put le voir. Un corps entièrement mutilé et vide d'âme, couvert de boue dans ce coin de rue. Thanatos reconnu le corps qu'il avait vu en vision, mais il sentait un peu de chaleur émaner du cadavre, il en conclut que ce massacre avait eu lieu très peu de temps après qu'il l'ait entrevu et peu de temps avant son arrivée. Il serra les dents, ses poings se serrèrent à la vue de cette image pleine de souvenir douloureux. Il pivota sur lui-même, regardant autour de lui, la créature qui était l'auteur de ce meurtre ne devait pas se trouver bien loin. Le Dieu s'apprêta à partir en chasse quand il fut interrompu par une conversation entre quelques-uns des villageois.


-Encore, notre village est maudit, il n'y a pas d'autres explications..!


-C'est vrai, ça c'est déjà le septième en dix jours et ça va de plus en plus vite. Si ça continue comme ça, tout le village va être décimé.


-C'est décidé, je rentre chez moi et j'emmène ma femme et mes gosses loin de cet endroit maudit dès ce soir !


Thanatos était resté passif face à ces informations, ce meurtre, que dire, ce carnage n'était pas le premier et si ses pouvoirs l'avaient mené ici, cela voulait surement dire que les autres assassina avaient été commis de la même manière, avec la même cruauté. Le Dieu s'éloigna de la foule et se terra dans une ruelle sombre, à l'abri des regards et de toute distraction. Il s'assit sur le sol sale, posa son Eripe devant lui et ferma les yeux, patiemment il mit en veille tous ses sens. Dans son esprit, le temps semblait s'écouler plus lentement, il se concentra essayant de retrouver l'assassin, ou sa prochaine victime. Plusieurs images traversaient son esprit, des images vague et flou qui n'était pas lié entre-elle, si ce n'était qu'elle montrait tous une partie du village, mais jamais au même endroit. Puis Thanatos vit, surgissement de nulle part, une forme noire, fixe au milieu de toutes ces images qui défilaient dans son esprit. Cette masse, ce monstre, semblait regarder le Dieu et, d'un coup, lui sauta dessus. A ce même moment le Dieu fut tiré de sa méditation par des cris, des hurlements chargés de peur. Il se leva, ramassa son épée et, d'un puissant mouvement, bondit sur l'une des maisons adjacentes à la ruelle dans laquelle il se trouvait. Il scruta les alentours et, à l'aide d'un mouvement identique au précédant, rebondit, de toit en toit, en direction des cris. Il finit par atterrir au milieu d'une allé ou toutes la population se sauvait en courant, effrayée. Thanatos se tourna vers l'endroit depuis lequel les villageois s'enfuyaient. C'est ainsi qu'il put voir la créature saccageant les marchés des deux côtés de l'allée et qui ne tarda pas à repérer le Dieu, arme à la main. Celui-ci reconnu la bête qu'il avait vu en vision. Mais avant même de pouvoir ne faire ne saurait-ce qu'un mouvement, elle lui sauta dessus, griffes sorties et prêtes à tuer...

Voilà la bête:
 
Revenir en haut Aller en bas
Eluria Kuaru


Féminin Statut Social Du PERSONNAGE: : AVATAR SPIRITUEL DE LA LUMIERE
Grade :

Badge :


Niveau
Nombres de points RP:
8/100  (8/100)

MessageSujet: Re: Thanatos Purpura - Max Rénix - Eluria Kuaru / RP LONG   Lun 23 Déc - 17:14

L'avatar de la lumière recherchais Phurus, l'avatar du feu qui avais disparu durant la nuit précédant, alors que tout deux si dirigeaient vers les océans pour tenter d'y retrouver Poseidoine, l'avatar de l'eau.
Poseidoine avais toujours été quelqu'un de calme, mais qui une fois provoquée pouvais causer plus de ravage qu'un tsunami. Elle rivalisait avec Phurus, son Ancre Mobidic pouvais aisément séparer deux océan, ou cogner quelqu'un assez fort pour lui retirer les os du corps, ce n'est sans compter le Bouclier Tourbillon dont-elle dispose, lui vaut une défense de tout premier ordre, Eluria se souvient très bien comment Phurus avais prit très cher quand sa hache avais touché ce bouclier. Remarque, l'enclume de Phurus était très utile pour concevoir des armes simple en un clin d'œil, mais sa hache possédais une puissance de frappe immense, capable de fendre le sol, pour faire sortir de toutes ces fissure des jet de lave et de flammes, les avatar était de puissant être, mais depuis le décision du Grand avatar, ils était tous devenu mortel, et donc plus faible. Mais Eluria, et Nocturne, les deux grand pilier de cette famille, était toujours aussi puissant.
Phurus et l'avatar de la lumière avaient décidé de commencer par l'avatar de l'eau pour la simple et bonne raison qu'elle ne s'entendait pas bien avec Phurus, et que, si elle revenais sur le Gratte-Ciel sans encombre, cela pourrais motiver les autres pour revenir. Malheureusement, ledit Phurus avais disparu, ayant par contre oublié son enclume dans le soute du navire volant, il était donc largement moins puissant. Eluria était en tête de proue, observant tout ce qu'il s'y passait, quand la lanterne de l'aube scintilla, et indiqua un endroits précis: un petit village don les citoyen semblais être en état de panique.
Bien que seule, Eluria contrôlait le navire, le navire s'arréta d'un coup, et laissa les encres tomber lourdement sur le sol.
L'avatar de la lumière sauta du navire, lance en main, durant sa chute la tête la première, elle vit un homme an armure, et une créature noire également, son expérience lui disait que la créature était la cause de la panique, et non l'homme a l'air démoniaque. Eluria pivota de manière a être en position de lancer, la lampe était droit devant elle, pouvant voir au travers la créature. La lampe fit un flash très puissant pour attirer l'attention de la créature, la lance scintilla a son tour, et fut lancé de toute les force de la tigresse vers la bête.
La pointe de la lance passa a travers la lanterne, qui enchanta la lance de sa sublime puissance, tel une étoile filante, la Gungnir scintillais et s'approchait a la vitesse de la lumière de la bête, et frappa avec tout autant de puissance le crâne de la créature. Le choc fut assez violant pour laisser un petit cratère, juste après cela, Eluria toucha le sol, atterrie doucement grâce au pouvoir de lévitation, d'un claquement de doigt, la lance fichée dans le sol disparu dans un éclat de lumière pour revenir dans la main de la femme.

Eluria regardai l'homme, intriguée, elle semblais attendre un remerciement. Mais elle fini par lui tourner brièvement le dos pour s'adresser au citoyen présent:


-Cette créature ne vous ennuiera plus...


Elle allais ajouter quelque chose, mais préféra s'abstenir, elle n'était pas sûre si cette bête chassais ici due au manque de nourriture dans la foret, ou si elle avais été une bête mentalement contrôlée. Ainsi donc elle n'allais pas faire la morale a des citoyens, dans tout les cas, ce n'était pas ses affaires, elle était descendue car sa lanterne lui avais indiqué cette direction, mais elle ne trouva ni Phurus, ni Poseidoine et encore moins Nocturne. Le seul être indiqué était cet homme armé. Le jugeant du regard, elle fini par demander:

-Qui êtes vous pour que la lanterne de l'aube me guide a vous?


Eluria se tenais face a lui, droite, fière, Gungnir tenue fermamant dans le main droite, la lanterne de l'aube dans le main gauche.
Revenir en haut Aller en bas
Max Rénix


Masculin Statut Social Du PERSONNAGE: : CHASSEUR
Grade :

Badge :


Niveau
Nombres de points RP:
1000/1000  (1000/1000)

MessageSujet: Re: Thanatos Purpura - Max Rénix - Eluria Kuaru / RP LONG   Sam 4 Jan - 18:56





La Clef de la grotte aux âmes perdues... 



 Aller poussez ! Criait l'un des membres de l'équipage.
Tandis que ce-dernier tirait la dernière cargaison d'huile, deux autres de ses camarades la pousse contre l'aile gauche du pont principal, avant de l'attacher solidement avec des cordes. Le navire était élégant et royale ! Restant en surface, immobile, prêt des quais de « Laetunargh », dans cette brume matinale, comme on en avait l'habitude d'en voir au port. Il portait sur ses voiles, l'emblème de la famille royale. Un bouclier en or, marqué par le sceau du tigre blanc, croisé à l'arrière par trois épées médiévales qui formèrent un tribal. Les planches du navire avaient été cirées pour l’embarcation, et la peinture bleu marine refaite, longeait jusqu'au Beaupré récemment innové. Les trois soldats de sa majestés descendirent le long du pont qui reliait le navire au port. Sur une allure militaire, les fusils sur leur épaule gauche, et leur sabre accroché à leur ceinture, on pouvait entendre les grincements de la planche à leur appuis. Et au bout de cette dernière, les soldats saluèrent au passage, d'un hochement de tête leur capitaine. Le dernier de la file se dirigea devant lui, le buste relevait, son pied frappa le sol pour marquer un temps d'arrêt. Il regarda son supérieur dans le blanc des yeux, et annonça d'une voix claire et précise que les dernières cargaisons ont pu être solidement attaché, et que le navire pouvait être prêt à lever l'encre. Leur l’adjudant en personne : « Dimitri Jorlogan Yoguel », avec son allure juste et noble, son tricorne de capitaine, sa légère moustache et ses sourcils affinés. Il écrivit avec le plus grand soin, les derniers équipements nécessaires pour l'embarcation. Une fois finit d'écrire son dernier pense bête, il légua la liste en papyrus au messagers du roi qui fut juste à sa droite. Celui-ci partit mettre le rapport au plus vite. Il ajusta la sangle de son cheval, releva son pied sur un étrier, et une fois sur la selle, il lança son triple galop. Quand à Dimitri, il ajusta au mieux son veston de commandement, et se retourna en direction du navire. Il leva les mains au niveau de sa bouche et hurla:


Lever l'encre, parez à naviguez dans quelques minutes !


Ce à quoi un crieur transmit le message à tout l'équipage. Dimitri revint à engager la conversation avec son soldat :


- Parfait, je crois qu'il faut nous rendre au plus vite sur les hautes mers. Par chance, le ciel est avec nous, il commence à dissiper sa brume. Est-ce que tout nos hommes sont opérationnels Monsieur « Guilber » ?


Oui, monsieur ! Tout notre équipage semble être présent sur le navire ! Nous avons nos vingt trois hommes sur le pont principale, trois autres sur chacun des mâts de notre compartiment, et le reste dans les niveaux inférieurs du navire, pour maintenir son allure, le barre n'attendra que vous capitaine.


Bien...dit-il avec le sourire


Cependant, capitaine, veuillez agréer d'avance mes excuses, il y a un absent, à l'appelle sur notre liste d'homme. Il semblerait qu'il a été spécialement ajouté par sa majesté la reine. Qui a sévèrement insisté au prêt du roi, pour l'embarquer dans nos escadrons.


Fait moi lire ça. Ordonna-t-il à son soldat.


-Tenez monsieur, là, c'est écrit et surligné en Italique, on reconnaît facilement l'écriture du roi en personne, et là voyez-vous, il a laissé sa signature.


Mais alors que devons nous faire ?! Ce... Il s'arrêta un temps pour lire le dernier nom de la liste et reprit son langage : « Max Rénix » risque de nous retarder dans notre départ !


Mais malheureusement nous ne pouvons pas partir sans cette personne, qui a été imposé par l...


-Oui oui oui, je le sais bien, par le roi en personne, je ne suis pas stupide ! Seulement, cette absence peut nous coûter très cher. C'est également à l'ordre du roi que je guide notre expédition, et c'est aussi à l'ordre du roi, que nous ne pouvons nous permettre de perdre du temps ! Et encore moins, pour un « dernier ». Le connaissez-vous surement ?


Non monsieur, à vrai dire, il vient de la famille royale...


-Comment ça ? Un membre de la famille royale que tu dis ?!


-Et bien, le roi affirme clairement qu'il s'agit d'un cousin éloigné du côté de son frère, «  Le duc Delmanord IIIème de nom » qui a envoyé son jeune fils, au prêt de son oncle pour le mettre au travail.


Et bien il ne sera pas dessus...Hé ! Vous ! Hop hop hop !, on ne passe pas, ce navire est réservé sur le commandement de sa majesté, c'est une expédition, pas un navire de marchandise ! dit-il en ayant arrêté, d'une main ferme, un petit passager, capuchonné, qui s'apprêtait à monter sur le navire.


Ce dernier resta silencieux, son bras était fermement pris par Dimitri, qui glissa un regard à son soldat. A eux deux, ils ne comprenaient guère cette intrusion et ce silence. Mais au bout de quelques secondes, le petit « paysan » recula d'un pas. Dimitri le lâcha, et le soldat ajouta, aux paroles de son adjudant :


Maintenant fait demi-tour, et tâches de ne plus mettre les pieds ici, sinon...


Le petit sortit de son poncho en laine noir ses mains fines et pâles. Sur sa main gauche on pouvait distinguer une marque étrange..une sorte de... tatouage, qui formait un crane...une tête de mort. Cette main s'aggripa à la capuche pour enlever et mettre à découvert de visage enfantin du jeune..''paysans'' Juste après cela, il scruta du regard le soldat et vint à lui dire, d'une voix suave :


Le roi « Alexander IIIème du nom » m'a envoyé en exécution pour cette expédition.


Mais oui, aller file gamin, avant que je t'arrache les oreilles. C'est pas encore de ton âge tous ça. ricane le soldat.


De l'autre côté, l’adjudant esquissa un léger sourire. Quand au jeune petit garçon, il resta neutre. Et il ne fit guère demi-tour. Il resta là, planté, à regarder cet homme, telle une statut de cire. Le soldat dissipa son sourire moqueur. Il commençait à s'irriter, la présence de l'enfant commença à le perturber. Il s'avança vers lui, avec une main plus agressive. :


Bon aller dégage !


La main du soldat se plaqua contre le buste du petit garçon qui vint à être violemment déséquilibré. Il tomba en arrière sur le sol, restant passif et fragile. Il se releva en douceur, gardant la tête baissée, il récupéra ce qui lui restait de dignité. En relevant son visage. Le soldat allait de nouveau l'agresser, il s’apprêtât à le prendre par le colle pour le faire déguerpir d'ici. Mais Dimitri s'interposa. Il se mit en avant, en ayant prit soin de stopper avec son bras gauche, son camarade. Il s'avança d'un pas nonchalant vers le jeune garçon. Ce dernier, perçut l’avancé de l’adjudant vers lui, il plongea alors son regard dans le sien, et Dimitri demanda calmement :


- Pourrais-tu me donner ton nom ?


Max Rénix


Tu es retard, gamin. Il aurait fallut un temps de plus, et nous aurions prit l'initiative de partir sans toi. En tant que membre de la famille royale, tu te dois d'être un peu plus ponctuel dans tes départ. C'est une erreur qui peut nous coûter cher à tous, elle nous fait perdre du temps. Donc, j'espère avoir était claire ? Première....et dernière erreur monsieur ''Rénix''


Dimitri lui offrit le passage. De sa main tendu vers le navire, il invita Max à rejoindre l'équipe du navire. À ces mots, le jeune garçon avança d'un pas nonchalant en direction du pont de transition, sans un mot, le regard fixe sur le navire. Une fois éloigné d'eux, Guilber resta un temps, à suivre d'une regard accusateur, cette l'allure mystérieuse qui ne lui disait rien de bon. Son silence était méprisant et aucune réaction venant de sa part, c'était perturbant...


Une fois que le petit garçon était rentré dans le navire. Mr. Guilber, s'avança vers son adjudant et vint à lui murmurer à l'oreille:


Je n'arrive toujours pas à croire que le roi en personne nous est foutu un gamin entre les pattes...


Rassures toi mon ami, s'il est venu pour ''apprendre'' tâchons de lui faire connaître tout les rudiments de la vie maritime. dit-il en esquissent un sourire. Il enchaîna, en haussant très vite la voix et cria:
Mettez les voiles tous à vos postes !!!


Son bras droit le suivit de prêt, ainsi que les deux autres derniers sur le port. Le crieur répéta les dernières paroles du capitaine avant de quitter le port de « Laetunargh ». Et le navire :''Bleu Rose'' prit ses premiers déploiements, en direction de la célèbre grande taverne du 2ème continent marin: ''Puiguinba'' les recherches allaient commencer la-bas...


Bleu Rose - Le Navire:
 



 
à suivre...



Revenir en haut Aller en bas
http://lost-in-my-dream.forumactif.org
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Thanatos Purpura - Max Rénix - Eluria Kuaru / RP LONG   Ven 10 Jan - 22:48

Thanatos tenait fermement son épée, prêt à accueillir la créature qui se jetait sur lui. Mais avant même d'esquisser le moindre geste, le vent siffla à ses oreilles, il s'apprêta à tourner la tête. Quand, venu de nulle part, une lance fila à côté de lui, effleurant sa joue, et alla transpercer la créature instantanément, la projetant en arrière avant de se planter violemment dans le sol, le marquant avec ce qui ressemblait à un cratère. Le Dieu se tourna, il aperçu, une jeune femme, descendre lentement des airs afin d'atterrir sur le sol. Cette dernière, d'un claquement de doigt, fit réapparaître la lance précédemment lancée dans sa main. Elle alla informer les villageois restés aux alentours qu'ils ne craignaient plus rien de cette créature. Puis elle revint vers Thanatos, intriguer. Le Dieu le fut aussi, surtout quand elle lui demanda qui il était et pourquoi sa lanterne l'avait mené jusqu'à lui. Il baissa les yeux, et vit la dite lanterne. Cette dernière scintillait de manière assez mystérieuse...

-Je me nomme Thanatos, et je ne sais pas pour quels motifs votre boîte à lucioles vous à conduit jusqu'à moi. Peut-être, pour ce que vous venez à l'instant de faire, m'aider à battre cette créature. Qui sait...


Le Dieu se retourna ensuite, s'approchant de la bête, ou du moins de son cadavre, avec le coup qu'elle avait reçu, elle n'avait certainement pas éprouvé de douleur, le grand guerrier eu un soupir de soulagement. Il alla ramasser son épée puis s'apprêta à reprendre son chemin quand il fut interpeller par une voix lointaine.

-MAITRE THAANAAATOOOOS !


Le dit concerné leva la tête et aperçut, au loin, une silhouette minime, se déplaçant à vitesse grand V en direction du guerrier en armure. Celui-ci fit rapidement un pas en arrière, laissant l'Objet Volant Non Identifié s'écraser brusquement sur le sol, devant lui, et soulevant un large nuage de poussière. Thanatos regarda autour de lui, les villageois encore présents avaient l'air intrigués et très curieux. Puis, il se retourna vers le nuage de terre qui se dissipa petit à petit, laissant apparaître une petite silhouette féminine et... enfantine. La personne en question, était habillée principalement de noir, portant une robe se terminant en dentelle, de longs gants remontants presque jusqu'à ses épaules et de petites bottes maintenues à ses petits pieds recouvert de collant. Le tout partiellement recouvert par une longue cape redescendant jusqu'à ses bottes. Sa tête était, quant à, elle, protégée par un large chapeau noir, agrémenté de petites cornes. L'ensemble de sa tenu était plus ou moins accessoirisé de divers nœuds et autres babiole décoratrice, le tout prônant la couleur secondaire de sa tenue, le rose. Lorsque cette petite enfant leva la tête, Thanatos put enfin apercevoir son visage, tout rond, à la bouche et au nez très fin, elle possédait de grand yeux rond coloré d'un vert doux et paisible. Ce visage était recouvert par de long et épais cheveux blond, dont l'extrémité rebiquait en mèche partant dans tous les sens. La petite fille se leva et enleva la poussière de sa tenue en tapotant dessus. Puis elle s'étira, comme après avoir longuement dormis et s'avança vers Thanatos qui lui faisait face.

-B'jours Messire, mon nom est Lili ! Lui dit-elle avec un large sourire et des yeux pétillant de joie. Messire Deadius, m'a envoyé dans ce monde afin de vous porter assistance dans votre croisade.

-De quoi !? Répondit le Dieu étonné et perdu.

Avant de pouvoir placer un autre mot, la petite fille prit son grand chapeau dans sa main gauche et plongea sa main droite dans ce dernier, sa main, puis son bras, tout son bras, comme si ce chapeau n'avait pas de fin. Elle sortit de ce « grand » chapeau une missive qu'elle donna innocemment au Dieu. Ce dernier, planta son épée dans le sol (il prend chers celui-là) et prit la lettre qui lui était tendue :


La lettre:
 


Une fois finis d'être lue, la lettre se froissa dans le poing du guerrier dont les veines ressortait. Un rictus déformais le visage de Thanatos. Dans sa tête, plusieurs jurons s'entremêlaient à l'intention de Deadius. Une fois la lettre transformée en boule de papier, le Dieu la balança sur la tête de la, soi-disante, sorcière blonde qui se trouvait face à lui. Cette dernière n'eu aucune réaction quand sa tête heurta le projectile.

-Alors, comme ça, tu peux ressentir les âmes ? Lui demanda-t-il avec un ton froid.

-V'oui ! Répondit-elle joyeusement.

-Et il y en a dans les parages ?

-V'oui !

Après cette réponse, un silence s'installa entre les deux interlocuteurs.

-Eeeet ..? Demanda-t-il.

-Je perçois un super méga regroupement d'âmes de la mort qui tue dans cette direction, au loin sur la mer, sans doutes sur une île. Dit-elle en pointant du doigt en direction de la mer adjacente au village côtier. Mais je ressens aussi une autre présence, différente de celle des êtres vivants normaux, j'en avais déjà ressentit une comme ça il y a longtemps, d'ailleurs, cette femme là possède exactement le même type d'âme. Elle se retourna et pointa cette fois-ci la jeune femme qui avait abattue la créature un peu plus tôt.

Intrigué, Thanatos se dirigea en direction de la femme à la lanterne, laissant son épée dans le sol à côté de la jeune sorcière. Il s'arrêta juste à côté de la guerrière et, abordant son éternel regard sérieux et froid, s'adressa à celle qui se trouvait devant lui.

-Je vous ai dit qui j'était et je vous ai répondu dans la mesure de mon possible à votre question. Maintenant j'aimerais que vous me disiez. Qui êtes-vous et qu'est-ce que vous êtes ?

Lili, La Sorcière:
 
Revenir en haut Aller en bas
Eluria Kuaru


Féminin Statut Social Du PERSONNAGE: : AVATAR SPIRITUEL DE LA LUMIERE
Grade :

Badge :


Niveau
Nombres de points RP:
8/100  (8/100)

MessageSujet: Re: Thanatos Purpura - Max Rénix - Eluria Kuaru / RP LONG   Dim 12 Jan - 12:56

Eluria observais encore ce type qu'elle avais aidé, celle ci n'aima pas vraiment ça tête, cela lui rappelais trop qu'elle détestais. Nocturne, l'avatar de l'ombre, et il suffisais qu'elle pense a lui , sa sale cape et sa P*@&% de dague de M°^%§ pour qu'elle s'énerve, néanmoins elle avais le devoir de son montrer digne de son noble titre et donc, malgré sa nervosités interne. Eluria restais calme comme tout. Saletée de Nocturne...Pouvant se rendre invisible aux yeux de n'importe qui, et pouvant tuer quelqu'un en silence avec sa simple dague et lui voler son identités. Au nom du grand avatar et père de tous, elle le haïssais! D'autant plus qu'il réussi a lui échapper a chaque fois! Mais au moin, sa consolation était qu'il échouait aussi a la tuer.
Eluria fut tirée de ses rêveries coléreuse par l'homme en face d'elle, quand celui répondit a sa question.


-Je me nomme Thanatos, et je ne sais pas pour quels motifs votre boîte à lucioles vous à conduit jusqu'à moi. Peut-être, pour ce que vous venez à l'instant de faire, m'aider à battre cette créature. Qui sait...

Eluria ne répliqua pas, n'allant pas ceder a une simple provocation, et aussi parce que ledit Thanathos lui tourna le dos. Elle n'aima pas forcément cette appellation de la lanterne de l'Aube, "boite a luciole"...Elle ne voyais déjà comme un être arrogant et sûr de lui, croyant a son invincibilités. Mais quand elle vint a se demander pourquoi la lanterne lui avais indiqué cet être qu'elle commençais à ne pas aimer. Une jeune fille pointa le bout de son nez, et la lanterne changea immédiatement de direction, pour indiquer la petiote. La petite Lili était bien plus intéressante, semblerait-il elle avais le don de sentir les âmes et visiblement, elle avais sentis des "âmes différente"...et si L'avatar de la lumière possédais "exactement la même" il allais sans nul doute que certain de ses congénère était donc dans les parages, restais a savoir où exactement, et lesquels! Elle voulu lui parler mais la lanterne changea encore de direction pour montrer ce Thanatos, la tigresse compris aisément ce que l'artefact voulais dire, ses deux personne allais pouvoirs l'aider dans ca quête. L'homme parla d'une manière qui le rendais intimidant, enfin, Eluria n'était pas aussi facilement intimidée, elle ripostais a ce regard froid et sérieux par un regard fier, droit, presque insolant.

-Je vous ai dit qui j'étais et je vous ai répondu dans la mesure de mon possible à votre question. Maintenant j'aimerais que vous me disiez. Qui êtes-vous et qu'est-ce que vous êtes ?
L'avatar de la lumière était toujours bien droite, elle parla d'un ton toujours aussi autoritaire. Elle aussi semblais sûre d'elle.

-On me nomme Eluria Kuaru, Fière avatar de la lumière, assigné au grand tigre. Mes pas sont guidé par la lanterne de l'aube, et l'injustice est vaincu par la Gungnir.

Elle s'arrêta un bref moment pour regarder la petite Lili, le regard de la dame était plus rassurant que celui adressé a Thanatos, la tigresse pensais que la sorcière était encore une enfant, certes elle en avais l'air, mais tout les enfants n'ont pas cette innocence qu'elle dégageais. D'ailleurs l'enfant avais une manière de se vêtir étrange, du noir, du rose, et plein de babioles bizarres.

-La jeune Lili m'intrigue, tu prétend avoir vu des âmes similaire a la mienne, et sachez tout deux que je recherche mes camarades perdu. Nous avatar somme d'immortel incarnate...ou plutôt étions, de ce fait, je compte les retrouver avant qu'il ne leurs arrive quelque chose. Et je pense que vous pouvez m'aider, bien entendu je vous aiderais en retour, il en va de soi.

L'avatar espérais trouver Phurus et Poséidoine avant que ces deux là ne se trouvent, sans Eluria pour leurs tirer les oreilles, ces deux s'entre tuerons a coup presque sûr. En  revanche, si elle tombais sur Nocturne...Elle mettrais tout en œuvre pour le tuer! Il ne lui glisserais pas entre les doigts une nouvelle fois.
Revenir en haut Aller en bas
Max Rénix


Masculin Statut Social Du PERSONNAGE: : CHASSEUR
Grade :

Badge :


Niveau
Nombres de points RP:
1000/1000  (1000/1000)

MessageSujet: Re: Thanatos Purpura - Max Rénix - Eluria Kuaru / RP LONG   Mar 1 Juil - 17:25


La Clef de la grotte aux âmes perdues...



Le navire voguait sur les océans infinis, cela faisait maintenant prêt de 5h30 que l'équipe voguait sur les flots. Et depuis 5 heures, le jeune animé contempla l'horizon, berçait dans les couleurs du crépuscule. Le couché du soleil indiquait la direction à suivre, ce n'était pas compliqué. Il leur fallait aller en direction du Nord au prochain port de « Puiguinba ». L'air marin, le vent chaud, les voiles déployées et les membres de l'équipage en activité, Max se retourna un instant, immobile à plonger son regard sur chaque élément du bateau. Les activités humaines le fascinaient. Toute cette organisation, se travaille d'équipe. Ils étaient à la fois individuels, mais se valait tous dans une intégrité commune. Ces êtres aussi fragiles que des roseaux, et pourtant aussi robustes que des machines. Un paradoxe que Max avait bien du mal à saisir. Ceci le surprendra toujours autant. La particularité de l'homme, que ce-dernier a pu fructifier durant son évolution, au file des siècles. Ce qui le rend éternel, c'est sa transmission de connaissance de génération en génération. Un héritage qui se donne à lui-même, pour prolonger ses conquêtes, et perpétuer son existence. L'homme a su faire un pas de géant en matière de progression mécanique et technologique. Bien que Max soit à une époque encore en phase de découverte, l'homme commence à mettre à profit ses ressources naturelles. Ils mesurent dame nature, la calcule, la maîtrise...la domine. Leur désir de progresser prime sur la préservation de leur ressources ! Car l'homme reste avant tout un animal égoïste, son objectif est simple : Sauvegarder son existence, au file du temps. Il prend conscience qu'il reste un être éphémère, temporel, un « être-pour-la-mort ». La notion du temps sur cette planète variait en fonction des races. Pour les humains, cela fait maintenant prêt de 1785 années qu'ils gouvernaient les mers. Ils appellent cela «  La 2ème moitié du 18ème siècle »...original. Mais qu'importe, Max les regardait de haut, certains membres de l'équipage étaient perturbés par ce jeune inconnu. Difficile à croire qu'il s'agissait d'un neveu éloigner du roi, il en avait pas du tout le charisme, ni la posture. Et ils avaient là une bonne intuition, mais sans aucune preuve tangible malheureusement. La lettre qu'il possédait été en la possession de l'adjudant. Une belle signature du roi en personne, ne pouvait être remis en cause quand à l'identité de Max, qui fut bien évidement usurpé. Il se faisait passer pour le jeune filleule « Maxime DeLorgnac ». Mais tout ceci serait trop long à expliquer comment et pourquoi. Certains se demandait même s'il ne s'agissait pas d'un sorcier, ou d'un démon. Il en perturbait plus d'un. Il faisait des aller-retours sur l'avant du bateau, tel spectre noir. Son visage pâle et maussade enveloppé dans son long poncho, accessoirisé d'une capuche. Le jeune petite garçon resta dans un silence réfléchit sur la poulaine du navire. Pour lui, faire parti de l'équipage était le seul moyen de parvenir à l'île sans la moindre difficulté. Il vint à s'arrêter en douceur vers le rebord gauche du navire. Une main posée sur la rambarde et le visage orienté vers le ciel. Mais le fameux commandant, Mr. John Guilber avait décidé d'écourté la tranquillité de Maxime DeLorgnac.
Arrivant de pied ferme. Il hurla à l'appel ? Max se retourna délicatement et vit Mr. Guilber, le buste relevé et le visage endurcit :






- Eh ! Bouge de la gamin ! On a plus besoin de mains agiles que de pieds qui salissent le plancher ! Prends du service et que ça saute !






Max scruta un instant le commandant du regard. Si il avait bien retenu une chose avec le commandant, c'était son silence qui l'irriter particulièrement. Quand à Mr,Guilber, il était réticent, et ne portait guère ce mystérieux « DeLorgnac » dans son cœur. Mr. Guilber était d'une nature à être un commandant bien plus connu pour sa sévérité que pour sa clémence. Il était tyrannique et n'épargnait aucune faute de la pars des soldats. Cependant, il savait valoriser le travaille et le progrès de certains membres. Et récompenser ces derniers du primes plus généreuses, des pièces d'or ou encore un repos d'une demi-journée. Mais tout ceci n'était que du favoritisme, Mr. Guilber ne reconnaissait que les soldats de « 1er classe », à savoir ce qui venaient d'une classe sociale plus « noble » plus « bourgeoise »... Hum ! Pathétique ! Mais encore une fois, Max n'avait pas du tout la tête d'une personne appartenant à une famille de sang pur. Et Mr. Guilber le sentait bien, c'était même flagrant ! Sa tenue vestimentaire était pauvre et seulement munit d'un poncho qui camouflet presque l'intégralité du pantalon noir dont Max était vêtu, ainsi que des bottines à un cuire usé, qui n'ont aucune valeurs apparentes.






-Est-ce que tu m'as entendu misérable ! Bouges de là, avant d'avoir un coup de pied au cul !






La répartie du capitaine en avait fait rire plus d'un. Le fait que Mr.Guilber soit valorisé par tant de ricanement était du à son habitude d'être fier de sa dureté. Il possédait un ego-surdimensionné et ne pouvait s'empêcher d'esquisser un sourire à son tour. Sur cet aire sarcastique, Mr.Guilber réservait l’humiliation à ceux qui n'étaient point dans les normes: le châtiment réservé pour les paresseux et les lâches. Et Max allait porter le bonnet d'âne. Ce-dernier s'avança en direction de Mr.Guilber afin de descendre pour rejoindre l'équipe au travaille. Le commandant croisa les bras et ne quitta point des yeux, le gamin. Le jeune garçon arrivé au niveau de l'adjudant prétentieux, le dévisagea toujours avec ce même silence méprisant. Une ignorance que l'adjudant avait perçu. Ce qui était ironique, c'est que Max n'avait aucune connaissance de l'effet produit qu'à son regard sur les autres. Pour lui, son visage ne constituait qu'une série de membres vitaux, lui permettant d'être au maximum de son potentiel visuel et auditive. Et juste avant de dépasser Mr.Guilber, il relâcha son regard, pour percevoir l'horizon. Et John bouillit de l'intérieur. Voir que ce gamin ne montrait aucun signe de faiblesse prouvait pertinemment qu'il se payer de sa tête ! Insensible, il était insensible, comme si le commandant n'existait pas ! Comment pouvez-t-il se permettre cette condescendance ?!
Jonh Guilber se retourna, serrant sa mâchoire, ne regardant ce que Max pouvait bien faire.
Le voilà sur le pont principale, et un soldat arriva sur sa gauche et lui tant un sceau d'eau et une serpillière. Max posa quelque instant son regard sur le manche de la serpillière, puis sur le soldat. Ce-dernier fuyait du regard, et tendit seulement les objets, l'air retissant. John s'empressa d'ajouter en criant pour que tout le monde entende :






- C'est la seule tâche que tu es capable de d'accomplir, et encore ! Faut-il que tu saches cirer la planche gamin ! Aller, lave moi ce pont, et je veux que le sol soit immaculé ! Et que le ciel te protège si cela n'ai pas fait à mon retour ! Dit-il en s'empressant de descendre les marches et de franchir le pont principale.






Il alla dans ses appartements, vers les cabines ou lui et l'adjudant « Dimitri Jorlogan Yoguel » complotaient sur l'affaire Smith. Il ne fallait pas oublier que si le bateau voguait sur les océans des CARAIBE c'était pour retrouver un ex-membre de la compagnie royale, qui sait retiré peu de temps après l'assassina du duc « Oliver Dolmass ». Oliver connaissait le roi en personne, un conseillé mais surtout un ami, et depuis que le corps avait été retrouvé dans la chambre du roi, on a accusé et condamner un dénommé « Carle Smith » pour avoir commis ce crime. John et Dimitri cherche justement cette personne. A eux de savoir ou il se trouve. Quelques rumeurs, persistent, et affirment que Carle Smith ce trouve être Puiguinba, ou lui et sa famille vive à l’abri des regards indiscrets. Une grande Taverne à Puiguinba et connu pour son vin luxuriant, mais surtout pour sa clientèle particulière. Un vrai nid à information secrète, plusieurs membres de la pirateries y font quelques séjours. Et pas n'importe lesquels...
Il va falloir parler business pour tirer les verres du nez à quelques hommes dans cette taverne. C'était pour le moment la seul piste que John et Dimitri avaient pour l'instant.






Deux heures plus tard, les membres de l'équipage s'étaient retrouvé dans la cale du bateau, ou bière et camaraderie faisait bon ménage. Certains, s'étaient installer dans les différents mâts du bateau, pour surveiller les horizons. Des lampes torches avaient soigneusement étaient installées sur le point principale, et Dimitri fronça les sourcils. Max était toujours en train de lavait les planches avec le peu de conviction qu'il puisse avoir. Il ne cessait de cirer encore et encore. Dimitri s'avança d'un pas nonchalant en direction de Max, le rythme de ses pas se firent entendre :






- Et bien gamin, je vois que tu n'as pas perdu la main, tu vas longtemps cirer ces planches ou bien attendra l'arrivé de l'aube ?






Max répondit sur un ton suave :






- On m'a demander de cirer...j’exécute.






Dimitri esquissa un sourire et vint à se rapprocher du jeune garçon. Sur un mouvement de vas et viens, Max frotta la serpillière sur l'une des planches en parallèle. Mais soudain son poignet vint à être bloquer par la main de l'adjudant. Max releva son regard vers Dimitri. Celui-ci fut alors obnubilé par le contraste de ces yeux verrons. En plongeant son regard dans le sien, Dimitri distingua un visage enfantin et angélique cacher dans l'ombre de la capuche. Une innocence qui le rendit nostalgique. Il resta un moment dans un silence de plomb et releva délicatement sa main, pour soulever la capuche de Max. Ce dernier sans rien faire, à laisser l'adjudant le dévoilé au clair de lune. Son visage pâle avait un effet de réverbération avec la lueur de la nuit. Dimitri écarquilla légèrement les yeux, la ressemblance fut frappante. La forme du visage et la délimitation de son regard lui faisait étrangement penser à Oliver. Max quand à lui perçut toutes les pensées de Dimitri :






- C'était votre fils ?









Dimitri fut pris de court, il recula légèrement et bégaya :






- M-mais comment-tu... ?







Max ne le laissa guère la place à la réponse, d'une voix plus affirmée il mit à nu les pensées de Dimitri :






- Oliver, celui qui a été assassiné, il y a maintenant prêt de 16 jours et 15 nuits. C'était votre fils, et vous voulez retrouver ce Carle Smith, parce que vous êtes aussi persuadé que le peuple qu'il est l'assassin. C'est pour cela que vous vous êtes engager dans cette escapade maritime. Vous n'avez aucunement l'intention de la faire exécuter dans les normes à la capitale, ou il sera juger pour ses faits. Vous voulez le tuer de vos propres mains, et de faire passer cela pour une fuite définitive...






A découvert, Dimitri fut hébété, il en resta la bouche béante et le regard grand ouvert. Ce gamin n'avait dit que quelques mots depuis qu'il était sur le navire, et il a su percer à jour l'objectif principale de l'adjudant. Le visage de Mr. Yoguel, s'endurcit, et sur un ton grave et menaçant il demanda :






-Qui es-tu gamin.... ?







Max répondit sur un ton suave :






- - Je ne suis que le « filleule du roi », qui ne fait que cirer les planches d'un navire.






Par prudence, Dimitri scruta les alentours du bateau, il vérifia si personne n'était aux alentours, ou bien même si les soldats avaient abandonner temporairement leur poste de surveillance, en haut sur les mâts du navire. Personne, rien, on ne pouvait qu'entendre certains chants paillards des membres de l'équipage en dessous, dans la cale. L'adjudant posa à nouveau son regard sur Max qui ne l'avait guère quitté des yeux. Il soupira un instant et lui prit légèrement l'épaule en lui demandant discrètement de l'accompagner dans la Cabine supérieur du bateau.






L'aube fit son apparition, et la navire arriva à bon port « Puiguinba ». D'autres soldats sur le port nous attendaient au loin. Les membres de l'équipage eux redressèrent les voiles, ordonnèrent de sortir les cargaisons, et les autres produits de marchandise, Mr. Guilber dirigea le bateau de tel sorte à ce que celui-ci soit en parallèle avec le port en même temps de faire exécuter ses ordres :






-Lâchez l'encre !






On entendit l'entrechoque de la chaîne qui se frotta au bois du navire, l'encre chuta dans l'eau, et la planche qui relier le port au navire. Quelques soldats déchargèrent le bateau, un à un ils sortirent avec un caisse chacun entres les bras. Le dernier de la file était Max qui fut suivit de très prêt par l'adjudant et Mr.Guilber. Max tenait avec lui une petite caisse qu'il portait en courbant légèrement son dos vers l'arrière. Il perçut le nouveau port, et plus loin une forêt à perte de vue. Le port de Puiguinba, n'était pas si vaste qu'on le prétendait, mais cela ne changer rien au faite qu'il était le centre de commandement et de transaction économique des CARAIBES. Max s'avança, mais l'adjudant l'arrêta un instant, perplexe le jeune garçon glissa son regard sur Dimitri qui lui annonça de vif voix :






- Laisse donc cette cargaison, Mr.Guilber va s'en charger...







Interloqué par cette nouvelle, John fixa Dimitri l'air surpris, L'adjudant n'avait jamais pris l'habitude de faire participer son bras droit aux déchargements du navire. Il entre-ouvrit la bouche pour exprimer son manque de compréhension à la situation, mais Dimitri ne lui en l'offrait point l'opportunité :






- John c'est un ordre...







Mr.Guilber prit cela comme une traîtrise mais aussi comme une humiliation. Après quelques instant sans rien faire, Mr.Guilber céda avec un soupire légèrement retenu. Il se tourna vers le jeune garçon qui tenait dans les bras la cargaison pour la prendre à son tour. Max lui tendit la caisse en le fixant de la même manière qu'il avait de fixer, et ce, depuis qu'il est sur le bateau, en disant :






- Prenez vos précautions Mr.Guilber, c'est un bon cru qu'il y a l’intérieur.






John fit un sourire nerveux, et prit délicatement la caisse, en abaissant son regard, et se dirigea vers le pont en franchissant le planche en bois. Une fois que Dimitri et Max resta tous les deux seules au bord de bateau. Dimitri regarda un instant Max et lui annonça :






- Je vais te faire une recommandation mon cher. Tous ce qu'on nous avons aborder dans la cabine, devra rester entre toi et moi. Je ne voudrait pour rien au monde que cette égoïsme de ma part s'ébruite dans tout Puiguinba ou bien même chez mes hommes. Tâches de veiller à tes paroles et si notre accord tiens toujours, je te laisse libre court à tes recherches. Mais retrouve le moi, et je m'engage à t'aider en retour.







Ce à quoi Max en scrutant l'horizon répondit à Dimitri sans placer un quelconque regard sur sa personne :






- Entendu...



























à suivre...



Revenir en haut Aller en bas
http://lost-in-my-dream.forumactif.org
MJ
Admin

Masculin Statut Social Du PERSONNAGE: : MAÎTRE DU JEU
Badge :


Niveau
Nombres de points RP:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: Thanatos Purpura - Max Rénix - Eluria Kuaru / RP LONG   Sam 13 Fév - 4:22



Cloturation du RP


Fermeture du RP : Les points RPs sont tout de même distribués, mais vous recevez la moitié de ceux que vous auriez pu avoir.



Eluria Kuaru : 2 points RP
Max Rénix 2 points RP
Thanatos : 0 points RP


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Thanatos Purpura - Max Rénix - Eluria Kuaru / RP LONG   Aujourd'hui à 11:30

Revenir en haut Aller en bas
 

Thanatos Purpura - Max Rénix - Eluria Kuaru / RP LONG

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [entrainement] Porte des enfers , Belios et Thanatos .
» [1748]Une mort sans fin (Thanatos/Tsurugi)
» THANATOS ◮ Tu t'es battu, pour les mauvaises raisons, mais tu t'es battu.
» Thanatos, Dieu de la mort - Hadès [ok]
» [4eme Tournoi]8eme de finale: Raphy, Déesse Athéna VS Thanatos Dieu de la Mort

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lost In My Dream :: L'UNIVERS DE SOLINVANIA (Place à L'aventure !) :: ZELNA - Le Monde De DOLARIA :: CARABA - La Contrée des 7 Mers-